Traces des premières installations

Traces des premières installations

Nouveauté 2021

Plusieurs millénaires d’occupation humaine à Guilers cliquez ici pour découvrir la publication de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives)


Les premières installations humaines ont laissé des traces. Certains vestiges sont discrets.

 Les tumuli de l’Âge du Bronze

La zone industrielle de Kerebars, entre la station à essence et l’hypermarché, recouvre trois ou quatre tumuli inscrits à l’inventaire des Monuments Historiques le 6 juin 1966. Ces tombes ont fait l’objet d’une fouille rapide en 1984, puis de fouilles conservatoires en 2004, suite à une demande de permis de construire d’un restaurant.

Emplacement des tumuli de Kérébars 

Une étude des quatre tumuli a permis de déterminer la masse des monuments qui est encore bien préservée et, cela, au niveau du sol de départ : les tumuli mesurent 25 mètres de diamètre sur 1 mètre de hauteur conservée. Deux des sépultures identifiées présentent des restes de structures qui ont été édifiées en surface du vieux sol. Une céramique recueillie dans une des sépultures permet d’envisager une datation de la nécropole de la fin du Bronze ancien, c’est-à-dire environ 2 500 ans avant notre ère. À cette époque, le plateau de Guilers était occupé par une forêt ! Le bronze était fabriqué avec la cassitérite trouvée dans la vallée de l’Ildut, en particulier à Ty Colo.

Fragment de poterie trouvée dans l’un des tumuli de Kérébars

Télécharger ou consulter le rapport de S. Blanchet  ⇒  en suivant ce lien

Une hache « à ailerons » de 16,7 cm de long, en bronze (508 g), datant de l’Âge du Bronze final (environ 900 à 1 000 ans av. J-C.) à même été trouvée en creusant les fondations d’une maison à Guilers !

Collection R&P

Les souterrains de l’Âge du Fer

On appelle « deuxième Âge du Fer » la période à partir du Ve siècle av. J-C. pendant laquelle cette zone a été peuplée par les Osismes, peuplade celtique colonisée ensuite par les Romains.

De temps en temps, lors de travaux d’excavations, on découvre un souterrain de l’Age du Fer. Ces souterrains, associés à une grosse exploitation agricole, servaient de réserves et occasionnellement de caches ; on y trouve souvent des dépôts intéressants d’objets de toutes sortes mis au rebut.

Photo le Télégramme, 20-11-1990

Souterrain découvert à Keruzanval lors de la réfection de la route de Milizac. il a livré une meule et de la céramique

A l’époque gallo romaine, entre le Ier et le Vème siècle, la zone de Guilers a dû être économiquement active, car les données archéologiques sont intéressantes : la présence, vers le lieu-dit « La Tour », de nombreux fragments de tuiles de toit indique l’existence d’une habitation importante, une « villa », grosse exploitation agricole sans doute.

Dans les champs sur le territoire de Guilers voici des débris assez communs que l’on peut ramasser :

Collection R&P
  1. Ces éclats de silex, utilisés pendant des millénaires, proviennent d’un « rognon » de silex sans doute importé de la baie de Douarnenez, ou même de plus loin, car il n’y a pas de silex dans notre région.
  2. Ce gros morceau de tuile (tegula) provient à coup sûr d’un toit de villa gallo-romaine. Des débris de tegulae sont assez nombreux sur certains sites, après les labours.
  3. Des débris de poteries d’époques indéterminées peuvent être trouvés dans les champs ; ne les jetons pas, apprenons à les reconnaître.
Les commentaires sont clos.