Le manoir

Le manoir

Kéroual en 1917, d’après Le Guennec : « Le corps de logis principal, décoré d’une porte à fronton triangulaire et de lucarnes de pierres modernes, est accosté d’une aile formant retour au sud. Un pavillon carré termine cette aile vis-à-vis à la chapelle, située à droite du portail de la cour. Dans celle-ci se trouve un joli puits à dôme. Une tour ronde s’élève sur la gauche à l’angle extérieur du château et, derrière, la clôture du jardin est flanquée d’une part…

Lire la suite Lire la suite

Les lavoirs, les puits, les sources

Les lavoirs, les puits, les sources

L’abondance des eaux, sources et rivières a certainement été un facteur important pour les installations humaines à travers les âges. Le territoire de Guilers est très riche en sources : Kerloquin, Kermengleuz, Ty Coz-Bodonou, Kervaziou, Coat ty Bescond, au Dervez, au Tridour, à Keroual, etc. Certaines sont juste protégées par quelques pierres d’un aspect rustique. Les sources apparaissent peu dans les paysages ; souvent, elles ont été « captées » : sources du Candy ou sources de Keroual utilisées par la Marine nationale. Deux villages,…

Lire la suite Lire la suite

Les moulins

Les moulins

Les moulins Sur chaque ruisseau, des moulins utilisaient la force de l’eau pour moudre les grains ou faire marcher des forges, comme celles de La Villeneuve utilisées par la Marine. Malheureusement, il ne reste que quelques vestiges des nombreux moulins que comptait Guilers. Moulin de Keroual huella en ruines, au pied de ce qui est devenu la crêperie « Blé noir ». Le ruisseau qui descend de Feunteun-Viler alimentait trois moulins, dont deux à Keroual (ou plutôt à Keriolet) et l’autre à…

Lire la suite Lire la suite

Les voies romaines

Les voies romaines

Guilers a donc bien été traversée par des voies romaines. Mais ces voies ne doivent pas être confondues avec de simples chemins « élargis », bien identifiés, et entretenus depuis l’Antiquité. Plusieurs voies desservent son territoire : Au nord, une voie qui semble plus importante, est encore parfaitement inscrite dans le paysage agraire. Venant d’une importante bourgade située à Kérilien en Plounéventer, elle fait la limite communale avec Milizac sur une longue distance et se prolonge jusqu’à la pointe Saint-Mathieu. Au sud, une…

Lire la suite Lire la suite

Autres ruisseaux

Autres ruisseaux

L’hydrographie d’un pays est une conséquence naturelle du relief de son sol : l’eau qui tombe à la surface doit suivre les pentes du terrain. De chaque côté de la ligne de crête que constitue le plateau, les eaux sont drainées à l’ouest vers les marais de l’Aber Ildut et à l’est vers la vallée du Tridour. Le ruisseau de Kéroual suit une pente nord-ouest sud-est. Si les ruisseaux sont abondants sur notre commune, les sources et les points d’eau…

Lire la suite Lire la suite

La penfeld

La penfeld

La Penfeld La Penfeld (le nom breton Penfell a été malencontreusement germanisé en Penfeld par un ingénieur de la Marine au XVIIe s.), petite rivière renforcée à son embouchure par un autre ruisseau, le Tridour, se jette dans une très belle ria remontée par la mer. C’est ce site, repéré par Colbert de Croissy, frère du grand Colbert, qui fut choisi pour la construction d’un port avec un arsenal pour la flotte royale en 1681. Les communes de Guilers, Bohars…

Lire la suite Lire la suite

L’aber Ildut

L’aber Ildut

Photo M. Glémarec. La vallée de l’Ildut et Guilers sur son plateau en haut à droite, vus d’un ULM. La rivière disparaît dans les trous successifs des carrières. Guilers est située sur un plateau qui culmine à 95 mètres d’altitude, et qui descend, à l’est, vers les vallées du Tridour et de la Penfeld et, au sud, vers la petite rivière naissante de l’Aber Ildut. Cet espace est en position dominante sur des vallées environnantes et les sources sont abondantes….

Lire la suite Lire la suite

Les pupilles

Les pupilles

La « passerelle des pupilles » Située au milieu du plan d’eau, cette passerelle repose sur les piles de l’ancien pont des Pupilles. Au 19ème siècle, c’est dans ce bâtiment situé rive droite en tête de pont que venaient faire leurs classes les orphelins de la Marine. Cette passerelle jetée sur la Penfeld permet, aux abords du parc de passer sur la rive droite, où se trouve l’établissement des Pupilles de Villeneuve (anciennes forges).