CROIX ET CALVAIRES

CROIX ET CALVAIRES

Croas Téo

 
collection R&P – Croas Téo
 

C’est le plus ancien « monument » de Guilers.  « C’est une stèle protohistorique aujourd’hui christianisée, de forme octogonale et surmontée d’une croix ».    2 mètres de haut, les angles ont été taillés.

Ces stèles, dites « gauloises », ou de « l’Age de Fer », ont été dressées entre 450 et 300 ans avant J.C.  Elles marquaient l’emplacement d’une petite nécropole (cimetière).  A l’époque, au milieu du 5ème siècle avant J.C., c’était l’Armorique : « AR MOR ICA » « pays devant la mer ».

Ces stèles étaient considérées comme des monuments « païens », elles ont été depuis longtemps (vers le VIème ou VIIème siècle) « christianisées » par l’Eglise, c’est pourquoi celle-ci est surmontée d’une croix en granit, qui n’existait pas à l’origine. Chacune des branches porte une petite croix gravée dans un cercle, à la manière des croix celtiques. Son nom « Croas Téo » (croix épaisse, ou croix massive).

Cette stèle n’a pas toujours été ici à Kermengleuz, elle a été déplacée plusieurs fois :

« Primitivement le fût pouvait se trouver sur la route de la Tour, près de l’ancienne ferme de Kérébizoun, dans un champ dénommé « Parc ar men téo » (C 338). Nous la trouvons ensuite près de l’école publique le long de la route nommée « bali Penfeld », (563) (l’actuelle rue Charles de Gaulle au niveau de la salle Kerdrel). Quand cette route fut élargie, en avril 1862,  elle a été transportée sur la Plaine, au nord de l’église, puis au moment des travaux de reconstruction du bourg, en 1950,  à son emplacement actuel ».

« Kroaz Teo a vu le temps des rois et des ducs de Bretagne, le temps où la justice se rendait à St Renan, elle échappera au vandalisme antireligieux.

Un siècle et demi après, les obus de la Seconde Guerre Mondiale l’épargneront également, alors qu’à cette époque elle est située près de l’église dont le clocher sera détruit en 1944, juste avant la libération du bourg le 25 août. »

 

Croix Rouge

Une des trois croix qui signalent les accès au domaine de Keroual

Sur un emmarchement à deux degrés, un socle carré porte une croix de bois faite de deux madriers équarris.

1956 collection R&P. – Les hommes portent la nouvelle croix à la sortie de l’église.

En 1956 à l’occasion de « l’Adoration », une grande procession a été organisée pour l’installation d’une nouvelle « Croix Rouge », croix qui a donné son nom à un village (au sud de Guilers) en 1882. Pour de telles occasions, toutes les statues et bannières de l’église étaient sorties et portées par les paroissiens.

1956 collection R&P
1956 collection R&P. – Des arches avaient été construites sur le parcours de la procession.

La « vieille Croix Rouge » fut commandée, dit-on, par la baronne Didelot qui souhaite avoir une croix à chaque accès de son domaine. Sur un plan datant de 1907, cette croix était érigée contre le mur de protection nord des sources de la Marine. La croix primitive fut remplacée par une autre croix rouge en 1956 (photos ci-dessus) et déplacée de l’autre côté du chemin pour être mise en valeur.

collection R&P. – 1994 nouvelle croix.

Croas-Land

On peut dater cette croix en kersanton de la fin du XVème siècle. La structure du calvaire peut être décomposée en trois parties : une base, un fût et une croix terminale. De part et d’autre de la crucifixion, sont placés des témoins du martyr du Christ. Le nœud est orné de personnages finement ciselés : aux angles, Marie-Madeleine avec son pot à parfum, Saint Jean, un personnage agenouillés les mains jointent et un personnage en chasuble faisant le geste de l’argumenteur.

Ce calvaire a connu différents noms, Croas livet (la croix colorée ou peinte) en 1544, la croix de Gouzivit (du nom des parcelles avoisinantes) en 1791, Croaslan en 1888 et Croas Land en 1911. Croaslan est sans doute une déformation de Kroas hent (le carrefour). Le monument est sous la responsabilité de la commune depuis le testament en date du 7 avril 1874 de Sieur Jean-Marie Mailloux. La commune a accepté le leg le 4 mars 1883, mais à condition que l’entretien du placître soit à la charge de l’hospice.

Photo à faire


Croix de Guilers d’après l’atlas des Croix et Calvaires du Finistère

 

Située CD 105 (route de St Pierre) à l’entrée de la route de Kervaly (bois de Keroual)

Croix-Blanche (croix de Kervali) + g. 5,50 m. XVIè s. Trois degrés, corniche. Socle cubique. Fût à pans, calice. Noeud complexe, écus. Croix simple de section octogonale.


Dans le quartier de la Croix rouge, à l’entrée du chemin qui mène au bois de Keroual.

Croix-Rouge + g. b. 1956. Trois degrés. Croix simple de section carrée. Existait en 1834 (cadastre). Inscription: ADORATION 1956.


Se situait dans le jardin de l’ancien presbytère.

Presbytère, g. 1,50 m. XIVè s. Socle fruste, avec une auge devant (arrangement contemporain). Croix à branches rondes, crucifix nimbé, titulus en lettres gothiques.


Au rond point du collège public du même nom

Croas-ar-Pennoc, k. g. 2 m. Socle cubique à chanfrein. Croix de cimetière: ADORATION 1964, crucifix en porcelaine.


Nouveau cimetière, k. 6 m. 1901, par Hernot. Trois degrés. Socle cubique: JUBILE DE 1901 DILEXIT ME. MM VICTOR DUCLOS RECTEUR. JOSEPH RICHARD PAUL GLOUX VICAIRES R.P. LHEVEDER R.P. BOURDOULOUS MISSIONNAIRES JESUITES. CONSEILLERS DE FABRIQUE MM YVES LE HIR MAIRE PIERRE KERVENNIC HENRI LE MONNIER JEAN LE ROUX PIERRE LUCAS RENE RIOU. Fût à banderole, DILEXIT ME, chapiteau. Croix à fleurons-couronnes, crucifix, titulus à jours.


A l’intersection de la rue Charles de Gaulle et la rue des écoles à Kermengleus

Croas-Teo, g. 2 m. Moyen Age. Stèle à pans et talon. Croix latine à chanfreins, de petites croix à cercle au bout des branches.


Située à l’angle de la rue Lemonnier et des écoles (école St Thérèse)

Croas-Land, Croas-Lan, Croas-Gouzivit, Croas-Livet (croix peinte), k. 4,40 m. XVè s. Base architecturée. Socle carré. Fût à pans, noeud à quatre personnages: Madeleine, Jean, prêtre, orant, Vierge de Pitié. Croix à branches rondes, fleurons, dais à accolades, crucifix, Vierge à l’Enfant.


Route départementale 5 (Brest/St Renan) au niveau de l’entrée du bois de Keroual.

Keroual + g. 2,40 m. XVIIè s. Deux degrés. Socle cubique. Croix unie de section octogonale.

L’atlas des croix et calvaires du Finistère

L’inventaire des croix et calvaires du département du Finistère a été réalisé par Y.-P. Castel en 1980 et publié par la Société Archéologique du Finistère la même année sous le titre « Atlas des croix et calvaires du Finistère ».
Docteur en Histoire de l’Art, spécialiste de l’art religieux dans le Finistère, l’abbé Y.-P. Castel a réalisé l’atlas à partir de fiches et de croquis réalisés par lui-même sur le terrain.
abréviations :
  • + Indique que la croix est mentionnée sur une carte IGN au 1/25000e
  • b. Bois
  • c. Ciment
  • f. Fer, fonte
  • g. Granite.
  • k. Kersanton (pierre volcanique sombre provenant de la rade de Brest)
  • l. Pierre de Logonna-Daoulas (pierre jaune)
  • j. Schistes.
La hauteur approximative du monument est exprimée en mètres. Les croix sont décrites de bas en haut comme c’est l’usage. On commence par l’emmarchement ou soubassement. On poursuit par le socle et le fût. On termine par le croisillon, les statues et la croix. Pour l’emmarchement on aura des degrés. Le socle pourra avoir des pans ou un chanfrein. Le fût sera à griffes, à pans ou à écots. Le croisillon pourra avoir un noeud (chapiteau), un écu et un culot. Les statues pourront être géminées, la croix à une branche et un crucifix. Elle pourra être surmontée d’un fleuron ou d’un titulus.

Les commentaires sont clos.